Accueil

Un périple géographique, temporel, culturel et artistique passionnant à travers l’histoire du Look des Jeux !

En avant.... c’est vous qui conduisez !

Paris 1900: Pas de look, pas de Jeux…
Paris 1900

Paris 1900: Pas de look, pas de Jeux…

Cave
Cave

1900 : Paris vit dans l’effervescence de l’Exposition universelle

Plus de 50 millions de visiteurs s’y pressent pour voir toutes les nouveautés et attractions : pavillons des pays invités, films des Frères Lumière, grande roue, prouesses technologiques et architecturales comme la Tour Eiffel, le Petit et Grand Palais, le palais de l’Electricité, le Château-d’Eau, la première ligne de métro …

«S'il y avait un endroit au monde où l'on se montrait indifférent aux Jeux Olympiques, c'était avant tout Paris.»

(Pierre de Coubertin, Mémoires Olympiques, 1931)

LA MODE DE LA BELLE EPOQUE

Pour la femme : taille marquée par le corset, jupe ronde et plate devant, petit col officier, lignes souples, courbes, volutes et dentelles, dans l'esprit de l’Art Nouveau. Hanches et fesses sont projetées en arrière, les reins très cambrés, tandis que la poitrine pigeonne. De profil, la femme a ainsi une silhouette en S.

Pour l’homme : sobriété et couleurs sombres

Période de prospérité et de relative insouciance, la mode oscille entre luxe et désir de légèreté.

AONI : Affiche olympique non identifiée

Après Athènes en 1896, c’est au tour de Paris d’accueillir la 2ème édition des Jeux Olympiques. Mais ça ne se voit pas ! Aucune trace des anneaux ou du terme « olympique » ?

PONI : Programmes olympiques non identifiés

Pas d’avantage de marque olympique sur les programmes sportifs ? Le statut olympique des épreuves est si peu présent que certains athlètes ignorent qu'ils participent aux Jeux !

Et pourtant 

Un défilé de gymnastes a lieu dans le vélodrome de Vincennes ;

une plaquette en or est remise aux gagnants des concours, avec sur l’avers la déesse de la victoire et sur le revers l’athlète victorieux brandissant une branche de laurier.

Autant de symboles que l’on peut relier aux Jeux, mais qui sont présentés ici dans le décor des monuments de l’Exposition Universelle, au même titre que les figures de la plaquette commémorative de l’Exposition Universelle.

Le grand événement du tournant du siècle a ainsi éclipsé les Jeux Olympiques qui se sont déroulés en son sein.

Anvers 1920: Un look olympique affirmé
Anvers 1920

Anvers 1920: Un look olympique affirmé

Le temps de la paix et de la reconstruction

En 1919, les traités de paix mettent fin à la Première Guerre mondiale et redéfinissent les lignes géographiques et politiques.

Les pays ont payé un lourd tribut au conflit et aspirent maintenant à vivre en paix : « C’est la Der des Ders , plus jamais ça ! ».

Les années folles

Années de renouveau, où le plaisir et l'exubérance sont érigés en mode de vie.

C'est l'époque de Joséphine Baker, de l'Art déco, des créations de Coco Chanel, de l’apparition du jazz, de la radio, du cinéma, de l'électroménager …

Le style art déco

« Un mouvement né dans le champagne d’une paix retrouvée » comme le définissait Francis Scott Fitzgerald, auteur de Gatsby le Magnifique.

Un mouvement désireux d'affirmer par le biais de tous les arts (décoration d'intérieur, architecture, mode, graphisme ...) le besoin de légèreté et d'élégance aux lendemains d’heures sombres.

Les cinq anneaux pour la première fois aux jeux

Ils apparaissent sur un drapeau blanc flottant dans le stade olympique.

Le symbole olympique conçu en 1913 par Pierre de Coubertin fait ici son apparition publique.

L’identité visuelle olympique est née, elle ne va que se renforcer au fil du temps, jusqu’à devenir aujourd’hui l’une des marques les plus connues et reconnues au monde !

Symbole d’alliance et d’universalité

Pas d’anneaux olympiques sur l’affiche des Jeux d’Anvers, mais une farandole de drapeaux nationaux pour signifier la réunion des peuples, tout comme le symbole des anneaux entrelacés.

Les anneaux apposés sur tous les documents

Le symbole olympique, ambassadeur visuel de l’Olympisme, est repris et adopté par tous.

St Moritz 1928: Un look pour l’hiver
St Moritz 1928

St Moritz 1928: Un look pour l’hiver

Une des plus anciennes stations de sports d’hiver

C’est un village de montage perché en gradin à 1856m au-dessus d’un lac, dans la vallée de l’Engadine située dans le canton des Grisons, au sud-est de la Suisse.

L’affiche touristique suisse : tout un art

Le sujet central est le site et il occupe toute la place. Il est dessiné avec des traits simples et des couleurs chaudes, posées en aplat.

L’idée est d’illustrer la beauté d’un lieu par une image-symbole dessinée en plan serré.

Il s’agit de donner une vision idyllique et hors du temps des régions illustrées. L’enjeu n’est pas qu’esthétique, il est aussi économique !

Joli coup de projecteur, joli coup de pub !

Avec l’emploi d’un langage visuel proche de celui des affiches touristiques, St. Moritz veut profiter des Jeux pour promouvoir le pays, la région, la beauté et l’unicité de ses paysages, cadre idéal pour la pratique des sports d’hiver.

Jolie combinaison entre l’hiver et l’origine antique des jeux

Avec l’association sur la médaille, de symboles typiques de l’hiver et de la Grèce antique, St. Moritz réalise l’union des monts des Alpes et de l’Olympe, et marque le début d’une iconographie propre aux Jeux Olympiques d’hiver.

Amsterdam 1928: Du Stijl pour un look
Amsterdam 1928

Amsterdam 1928: Du Stijl pour un look

Comme une evidence

Chaque pays a sa particularité qui le rend identifiable immédiatement : aux Pays-Bas ce sont les moulins à vent, parfaitement visibles sur son territoire aux étendues planes. Leur fonction la plus importante était d’activer les pompes chargées de drainer les polders pour pouvoir cultiver la terre une fois asséchée.

De stijl : un terme a sonorite toute hollandaise

Il désigne une tendance artistique portée par un petit groupe d’architectes et de peintres, et appliquée aux domaines de la peinture et de la sculpture mais aussi de l'architecture, de la décoration, de l'ameublement et de la typographie. Il est un mouvement artistique majeur du 20e siècle, considéré comme la contribution la plus importante de la Hollande à l’art moderne.

Orangé et stylé

Au pays du Prince d’Orange tout est orange …

Au pays d’origine de De Stijl les couleurs sont appliquées en aplat, les lignes épurées et géométriques …

Ne serait-ce pas là de bons ingrédients pour réaliser une identité visuelle forte et globale ?

Un moulin a vent oui, mais stylisé !

Jan Wils, un des membres fondateurs du mouvement De Stijl, conçoit la tour qui va accueillir la flamme olympique.

Il s’inspire du moulin, symbole typique de son pays, mais en avant-gardiste qu’il est, en fait quelque chose d’épuré, de géométrique.

Et même orange puisque construite en briques !

Voilà, la boucle est bouclée …

Rome 1960: Vive l’antiquité romaine !
Rome 1960

Rome 1960: Vive l’antiquité romaine !

« urbs aeterna » - la ville eternelle

Celle fondée, selon la légende, par les jumeaux et demi dieux, Romulus et Rémus recueillis et allaités par une louve. Celle de l’Empire, du Christianisme, de la Renaissance, du Vatican … Une fabuleuse histoire inscrite à jamais dans le patrimoine architectural, culturel et artistique de Rome.

La dolce vita

Reflet de la société italienne du miracle économique d’après-guerre : glamour, cinéma, mode, paparazzi, belles voitures, motocyclettes, vespa, télévision, divertissement, amour, gloire et beauté.

La ville antique comme écrin des jeux

Une identite visuelle bien romaine

La Grèce antique a vu naître les Jeux Olympiques, mais Rome n’est pas en reste, son passé est tout aussi glorieux ! Fière de sa grandeur, elle en fait son étendard qu’elle porte beau, sur tout, partout !

Tokyo 1964 : Un langage universel
Tokyo 1964

Tokyo 1964 : Un langage universel

Le pays du soleil-levant

Cette expression désigne le Japon parce qu’il est le pays le plus à l'est du globe, et parce que les idéogrammes de son nom signifient "lieu d'origine du soleil".

Le symbole d’un soleil rouge prend également place au centre du drapeau national.

Redressement fulgurant du pays

La capitale renait de ses cendres et l’incroyable boom économique n’est plus très loin.

En 1964, le premier train à grande vitesse du Japon, le Shinkansen Tōkaidō est mis sur les rails pour relier Tokyo à Osaka.

Le style international ou dit style suisse

Inspiré de la nouvelle objectivité, caractérisée par l’idée d’un style absolu et universel qui assimile l’ensemble des informations de manière fonctionnelle.

Un style connu pour son art de la typographie tout en simplicité et en efficacité visuelle, avec « l’Helvetica » comme typo de référence.

Une image vaut mille mots

Avec les Jeux Olympiques le Japon s’adresse au monde entier.

Et pour communiquer au-delà de la calligraphie et de la langue insulaires qui sont les siennes, le génie graphique nippon invente un système graphique unique, clair et moderne : les pictogrammes !

Tokyo 64 fera date, car depuis lors chaque édition des Jeux va créer ses propres pictogrammes.

Le japon redore son blason

L’Asie accueille pour la première fois les Jeux : une belle opportunité pour le Japon de montrer son nouveau visage.

Il y parvient en créant une identité visuelle forte, pure et éloquente qui le présente sous la forme du disque rouge, et avec lui les anneaux olympiques auxquels il s’associe, s’accordant par la même aux valeurs d’excellence, d’amitié et de respect de l’Olympisme.

La declinaison des affiches

Mexico 1968 : Premier look global
Mexico 1968

Mexico 1968 : Premier look global

Un heritage culturel qui remonte loin

Jusqu’à des milliers d’années avant J.-C.

Fruit d’une longue et riche histoire, le pays s’est forgé une culture qui a engrammé plusieurs héritages très différents qui font toute son originalité : l’héritage des civilisations préhispaniques, celui de la colonisation européenne et celui de la révolution pour l’indépendance.

l’artisanat huichol

Au départ l'art huichol est un art sacré, solennel et tourné vers la religion. Traditionnellement les réalisations sont des peintures rupestres, des sculptures en pierre ou des tableaux de fils de laine utilisés comme offrandes aux dieux.

Saturé de couleurs vives, orné de dessins souvent naïfs et énigmatiques, il provient du peuple indigène des Huichols vivant dans la Sierra Madre au centre-ouest du Mexique. 

Dans les années 60, ce savoir-faire devient peu à peu de l'artisanat et perd sa dimension spirituelle.

l’art optique - op art

Terme apparu en 1964 dans un article du magazine Time, il désigne le mouvement artistique fondé sur l’illusion d’optique.

Les œuvres sont essentiellement abstraites ; donnent l'impression de mouvement, d'éclat de lumière et de vibration.

Elles placent le spectateur en situation instable, entre plaisir et déplaisir ; le plonge dans une sensation de vertige proche de certains états d’ivresse légère.

Courrèges le style en vogue dans les sixties

André Courrèges : couturier français, promoteur de la mini-jupe portée avec des bottines plates, de la robe trapèze qui libère les hanches et dévoile les jambes au-dessus du genou, créateur avant-gardiste avec ses silhouettes futuristes.

Surnommé « Le Corbusier » de la mode pour son style fonctionnel, architecturé aux formes géométriques et l'omniprésence du blanc

Une onde de choc

Né de l’imagination de Pedro Ramirez Vàzquez l’emblème des Jeux de Mexico 68 concentre l’air du temps : lignes psychédéliques et esprit folk.

Le chiffre 68 se combine aux cinq anneaux pour dégager des ondes à l’infini : le résultat est un hallucinant motif.

« la tabla » d’eduardo

Des couleurs chaudes

La palette de couleurs de l’identité visuelle des Jeux de Mexico comprend 19 tons intenses et un noir profond, à l’image de ce qui se voit et se vit dans le pays !

Une gamme séduisante et efficace pour tous les supports de communication : des pictogrammes, aux affiches des sports passant par les billets d’entrée, jusqu’aux robes d’hôtesses.

Malin les affiches en frise

Juxtaposée, chaque affiche donne une frise à l’illustration qui se complète et se répète à l’infini !

Et à chaque sport sa couleur, son picto, le logo avec les anneaux : pas de doute c’est les JO de Mexico 68 !

Une touche feminine

Tout en geant

Des ballons et des personnages en papier mâché pour diffuser le look et l’esprit des Jeux dans la capitale.

Un look chevillé au corps 

L’identité visuelle se porte jusque sur les tenues à la coupe trapèze et courte, très « Courrèges », très sixties.

Un look global total quoi !

Tout en lignes et en arrondis, appliqués sur l’objet phare qu’est la torche olympique, mais aussi sur les objets souvenirs qu’emportent chez eux les visiteurs des Jeux.

A propos

Le Musée Olympique n’est pas le musée d’une collection ! C’est celui d’une idée : l’Olympisme.

Il a pour mission de montrer la dimension historique, sportive, artistique et culturelle du monde olympique.

Ce qu’il réalise par la création de programmes thématiques, développés aussi bien sur le site à Lausanne, qu’en ligne, world wide web.

 

L’histoire du look de cinq autres jeux:

munich 1972, los angeles 1984, lillehammer 1994, athènes 2004 et londres 2012

vous sera dévoilée au mois d’août prochain !

Restons donc en contact, restez connectés !

TOM Blog TOM Instagram TOM Facebook TOM Twitter TOM

Your device does not support the map element.